Shimano : un fournisseur accusé d’abus physiques et psychologiques, incluant des menaces, des coups

Shimano enquête sur des abus chez un fournisseur malaisien
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

Shimano face à des allégations d’exploitation de la main-d’œuvre par un sous-traitant

L’entreprise mondiale Shimano, reconnue pour la distribution de composants de vélo tels que les engrenages, les transmissions, les systèmes de freinage et les pédales, est actuellement impliquée dans une investigation scrupuleuse à l’égard de son sous-traitant en Malaisie, la société Kwang Li Industry.

Cette dernière est au cœur de controverses sévères après des accusations de malversations dans le traitement de ses employés, notamment des travailleurs migrés du Népal.

Des conditions alarmantes pour les travailleurs immigrés

Des témoignages recueillis auprès d’ex-employés et d’employés actuels de Kwang Li Industry, conjugués à l’examen de pièces justificatives comme des bulletins de salaire et des contrats, ont alerté sur une série de pratiques inquiétantes.

De sérieux abus physiques et psychologiques, incluant des menaces, des coups, des suspensions de salaire sans préavis et l’extorsion de frais de recrutement abusifs ont été rapportés.

Faisant écho à ces découvertes troublantes, Shimano a initié une investigation interne. La firme japonaise s’est engagée à prendre toutes les mesures nécessaires pour améliorer le sort des travailleurs concernés dans les plus brefs délais.

Des frais de recrutement prohibitifs et illégaux

En septembre 2022, pour répondre à une demande exponentielle, stimulée notamment par la hausse de l’intérêt pour le cyclisme durant la pandémie de Covid-19, Kwang Li Industry a sollicité l’aide d’une agence de recrutement népalaise.
Cette dernière a été chargée de recruter 251 travailleurs pour son unité de production située dans le sud de la Malaisie, avec la promesse d’un salaire minimal malaisien.

Cependant, il est apparu que ces travailleurs ont dû s’acquitter de sommes élevées atteignant les 2 098 euros pour sécuriser leur emploi, alors que cette responsabilité revient légalement à l’employeur.
Les emprunts contractés pour couvrir ces frais ont souvent été assortis de taux d’intérêt exorbitants.

Indicateurs de travail forcé et représailles

Suite à un fléchissement de la production de Shimano, Kwang Li Industry a réduit les heures de travail, entraînant des déductions de salaire injustifiées.

A lire aussi :   Topstone Neo Carbon Lefty 3 : l'innovation gravel électrique

Selon l’Organisation internationale du travail, de telles pratiques s’identifient comme indicatifs de travail forcé.
Des incidents isolés ont été signalés, telle l’agression d’un employé bangladais par un responsable à la suite d’une erreur minime, suivi d’une suspension d’un mois sans rémunération.

Des contraintes à la démission prématurée ont également été imposées à certains travailleurs, les plaçant dans des situations financières précaires avec des prêts importants à rembourser.

La réaction de Shimano et les suites envisagées

La multinationale japonaise n’a pas tardé à réfuter toute pratique d’esclavage moderne au sein de son réseau de fournisseurs, telle qu’alléguée dans le rapport initial.
Par le biais d’un représentant, Shimano affirme prendre ces allégations très au sérieux et poursuit activement son enquête pour garantir une résolution adéquate et rapide de cette situation.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp