Les publicités BMW et MG suspendues pour une mention “zéro émission” trompeuse

Publicités BMW et MG bannies pour "zéro émission" trompeur
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

Les annonces publicitaires de BMW et MG jugées trompeuses au Royaume-Uni

L’autorité de surveillance de la publicité au sein du royaume britannique a récemment prononcé l’interdiction de campagnes commerciales pour des véhicules électriques de BMW et MG.
Ces entreprises mettaient en avant l’argument de véhicules à “zéro émission”, une déclaration qui a été évaluée comme fallacieuse par l’organisme de régulation.

La polémique autour des prétendues “zéro émission”

Alors que la question de l’impact environnemental des voitures électriques est complexe, les fabricants BMW et MG ont vu deux de leurs annonces sur Google être rejetées pour avoir simplifié à l’extrême leurs prétentions écologiques.
Le média Auto Express rapporte que les publicités concernées affirmaient que les voitures électriques ne génèrent aucune émission, sans pour autant expliquer leur propos.

Le porte-parole de l’Advertising Standards Authority (ASA), l’organe britannique équivalent à l’ARPP en France, a clarifié que cette assertion ne reflète pas la réalité des faits.
Même si la conduite d’un véhicule électrique ne produit pas d’émissions, la phase de production et, selon la provenance de l’électricité, la phase de recharge, sont associées à des émissions de carbone.
Pour cette raison, la publication de telles annonces a été stoppée.

L’argument écologique malgré tout valable sur le long terme

Il est essentiel de rappeler que, malgré une production plus émissaire, les véhicules électriques ont un bilan carbone significativement inférieur sur leur durée de vie par rapport aux voitures à combustion.
En effet, d’après des études récentes, l’empreinte carbone d’une voiture électrique peut être jusqu’à 45% moins élevée que celle d’une voiture thermique, avec un point d’équilibre qui se situerait vers 45 000 kilomètres parcourus.

Un contexte réglementaire strict pour la publicité automobile

Cette affaire n’est pas une première dans l’univers des véhicules électriques. Auparavant, l’ASA avait déjà prohibé des publicités pour des raisons similaires, notamment celles portant sur l’autonomie des voitures électriques de Kia et Mercedes-Benz.
Des discordances entre les autonomies homologuées et les recommandations pratiques pour le chargement des batteries avaient été pointées du doigt.

A lire aussi :   Arma Shimizu : la trottinette électrique ultra-compacte

Il est important de noter que l’industrie publicitaire automobile doit se conformer à une réglementation très stricte.
Des organismes tels que l’ARPP fournissent des directives précises qui doivent être suivies à la lettre afin de garantir une communication honnête et transparente aux consommateurs.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp