La fin des voitures thermiques en 2035 est-elle utopique ?

Crise des constructeurs électriques : fin des thermiques en péril?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

Transition énergétique et avenir de l’automobile en Europe

Le marché de l’électrique face aux défis

La scène automobile européenne est témoin d’une conjugaison de difficultés financières chez plusieurs nouveaux venus dans le secteur des véhicules électriques.
Des acteurs comme Lucid Motors et Rivian, ainsi que la marque chinoise HiPhi, qui amorcent à peine leur entrée sur le marché européen, sont confrontés à des obstacles majeurs.
Ces revers économiques suscitent des interrogations sur la viabilité du projet européen de proscrire la vente de véhicules à moteur thermique d’ici 2035.

Une industrie en mutation

L’augure pour les voitures électriques en Europe paraît incertain, notamment attribuable à la suppression des subventions gouvernementales et par l’anticipation des modèles électriques à prix réduits.
Malgré les ambitions de révolutionner le transport par des solutions durables, des entreprises telles que Lucid Motors signalent des pertes substantielles, soulignant la pression financière pesante sur ces fabricants.

Par exemple, Lucid Motors est connu pour son modèle Lucid Air, qui promet une autonomie remarquable.

Côté americain, Rivian, adossé à Amazon, évoque des risques de banqueroute à court terme tandis qu’Aiways, constructeur chinois présent en Europe, suspend sa production pour restructuration.
Cela rappelle la récente faillite de Lordstown, un autre constructeur américain. Ces événements reflètent la fragilité de secteur et peuvent amener certains à repenser leurs stratégies, comme Mercedes qui envisage de maintenir des modèles thermiques et hybrides au-delà de 2030.

Des leaders qui tiennent le cap

En contraste, des entreprises comme Tesla et BYD se démarquent par leur croissance solide, devançant le groupe Volkswagen et autres concurrents qui bien que progressant, ont du mal à suivre le rythme imposé par les leaders.
Il convient de rappeler que l’Europe se dirige vers un futur où seuls les véhicules électriques ou à pile à hydrogène pourront être vendus à l’état neuf.

La préférence pour les véhicules électriques se fonde aussi sur des considérations écologiques, ces derniers étant reconnus comme significativement moins polluants sur l’ensemble de leur cycle de vie par rapport aux voitures thermiques.

A lire aussi :   La Vigoz, une voiture à pédales pour adultes qui roule jusqu'à 120 km/h

La problématique centrale qui se dégage est la suivante : la période tumultueuse que traverse l’industrie électrique, met-elle en péril l’objectif européen d’écarter les voitures thermiques neuves d’ici 2035 ?
L’opinion publique est invitée à réfléchir et à échanger sur cette question cruciale pour la transition énergétique de l’automobile en Europe.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp