Interdiction des voitures thermiques en 2035 : Porsche reste sceptique

Interdiction de voitures thermiques en 2035 : Porsche sceptique
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

Vers une transition tout électrique dans l’industrie automobile en Europe ?

À l’horizon 2035, les pays membres de l’Union européenne seront soumis à un changement drastique : la vente de véhicules neufs à moteurs thermiques et hybrides sera prohibée, marquant un tournant écologique sans précédent.
Cette transition énergétique affectera tous les constructeurs, y compris ceux à l’héritage prestigieux comme Porsche, qui verra son célèbre flat-six, coeur battant de la 911 depuis six décennies, disparaître du paysage routier.

Adaptation de Porsche à l’ère de l’électro-mobilité

La transition vers l’électrique est déjà bien entamée pour Porsche avec l’électrification de sa gamme de produits.
Les modèles Panamera et Cayenne sont déjà disponibles en versions hybrides, tandis que le Taycan brille par son offre purement électrique.
La nouveauté réside dans le Macan fraîchement dévoilé, qui sera exclusivement proposé avec une motorisation électrique.
La 911, quant à elle, pourrait rester fidèle au thermique grâce à l’utilisation potentielle de carburants synthétiques, une astuce pour s’aligner aux réglementations tout en préservant son ADN.

L’avenir des politiques européennes sur les énergies

Malgré cet enthousiasme apparent pour l’électrique, Porsche, par la voix de son directeur financier Lutz Meschke, exprime des réserves quant à la vélocité de cette bascule.
La question du réseau de recharge insuffisant, la flambée des tarifs des véhicules et des coûts de recharge ainsi que la réduction des incitations financières, comme ce fut le cas en Allemagne, sont autant de freins pour le consommateur.

Lutz Meschke souligne l’erreur stratégique que représente la suppression des subventions pour l’achat de véhicules électriques, soulignant leur importance, même pour les marques de luxe.
Il insiste sur la nécessité d’observer l’évolution des ventes des véhicules électriques dans les prochaines années et la possibilité d’un retour des subventions si le marché affiche une réticence persistante.

Résistance et négociations au sein de l’UE

Il est à noter que tous les états membres ne sont pas en accord avec cette directive européenne.
L’Allemagne, puissance automobile reconnue, prônait l’introduction d’exceptions pour les carburants de synthèse, soutenue par Porsche mais aussi par d’autres constructeurs emblématiques.
L’issue des élections européennes de juin 2024 pourrait être un indicateur quant à l’adoption ou le report de l’interdiction, surtout en cas de montée de courants politiques opposés à ces régulations.

A lire aussi :   Salon de Genève : les dernières innovations électriques dévoilées par Renault

La transition vers un futur automobile électrique est en mouvement, et le débat reste ouvert sur la flexibilité des réglementations et les modalités d’accompagnement des consommateurs et des constructeurs dans ce processus.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Wheelik l'application mobile 100% mobilité électrique
Télécharger Wheelik sur l'app store Apple
Télécharger Wheelik sur Google Play Store
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles récents

Suivez-nous sur Facebook