Crise du vélo : 450 emplois en jeu chez Internetstores GmbH

Crise du vélo : 450 emplois en jeu chez Internetstores GmbH
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

La crise du secteur vélo emporte Internetstores GmbH dans son sillage

L’entité Internetstores GmbH, dédiée au commerce de détails spécialisé dans le cyclisme en ligne, fait face à une crise financière sévère.
Le début de cette année a été marqué par l’ouverture de la procédure d’insolvabilité pour la société mère de plusieurs grandes enseignes sur le web.
Le sort du groupe semble incertain, et près de 400 postes sont à risque si aucune solution de reprise n’est trouvée.

Impact de la crise économique sur Internetstores GmbH

Avec l’essor des difficultés économiques depuis la mi-2023, liées à l’inflation, à des niveaux de stocks excessifs et à un déclin de la demande, même les grands acteurs du marché du vélo ont été touchés. Internetstores GmbH, appartenant au SSU – un groupe lui-même en difficulté financière – regroupe une multitude de boutiques en ligne.
Parmi elles, on retrouve des noms bien connus du public français tels que Bikester et Probikeshop. La gravité de la situation est telle que la faillite menace l’existence de ces plateformes et de leurs employés.

Des emplois en jeu et des filiales en péril

La procédure d’insolvabilité, formellement lancée depuis le premier jour de l’année 2024, pourrait sonner le glas pour Internetstores GmbH et ses 450 collaborateurs.
Des sources proches indiquent que des mesures de liquidation des activités seraient envisagées à défaut de trouver des offres de rachat convaincantes.
Toutefois, certaines filiales font l’objet de traitements individuels. À titre d’exemple, Probikeshop a vu 28 de ses postes préservés grâce à des reprises validées judiciairement, bien que cela représente une fraction des effectifs de la société qui en comptait plusieurs centaines en 2021.

Une dissémination des filiales reste une issue potentielle à cette crise, avec la possibilité d’une reprise des principales plateformes par de nouveaux investisseurs dans les semaines à venir.

A lire aussi :   L'armée française teste des speed-bike et motos électriques pour la guerre

Un secteur touché mais pas coulé

La pandémie a généré des défis de taille pour le marché français du vélo, causant la chute de plusieurs noms comme Larrun, Reine Bike ou Kiffy.
Pour faire face, d’autres géants revoient leur stratégie. Ainsi, Schwalbe a regroupé sa production de pneus et Scott Sports a bénéficié d’un apport de capitaux conséquents pour surmonter cet écueil financier.

Les mois à venir seront cruciaux et pourraient redessiner le paysage du commerce du vélo en ligne.
Seul le temps nous dira quelles entreprises pourront endurer cette période tourmentée et émerger dans un environnement économique devenu si précaire.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Wheelik l'application mobile 100% mobilité électrique
Télécharger Wheelik sur l'app store Apple
Télécharger Wheelik sur Google Play Store
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles récents

Suivez-nous sur Facebook