Pourquoi Stellantis investit dans les batteries au sodium de la startup Tiamat ?

Stellantis investit dans les batteries au sodium
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

Stellantis investit dans l’avenir énergétique avec une usine de batteries au sodium en France

Une technologie de batterie innovante séduit Stellantis

Le géant automobile Stellantis, maison mère de marques telles que Peugeot, Citroën, Fiat et Jeep, a pris une décision audacieuse en décidant d’investir dans l’énergie de demain. En misant sur la technologie de la batterie au sodium, Stellantis se détache de la tendance actuelle qui favorise le lithium, pourtant très prisé par les fabricants chinois de voitures électriques.

Une usine française pour un futur énergétique renouvelé

La société française Tiamat, issue de recherches menées par le CNRS, bénéficie de l’investissement de Stellantis. Ce soutien financier vise à accélérer le développement de batteries au sodium, permettant ainsi à Tiamat de construire une usine sur le territoire national. L’implication de Stellantis pourrait également conduire à réduire les coûts de production des véhicules électriques du groupe.

Des caractéristiques alléchantes pour les batteries au sodium

Tiamat, la start-up derrière ce progrès technique, exhibe des caractéristiques prometteuses pour ses batteries. En effet, elles auraient la capacité de perdurer à travers 5 000 cycles de charge tout en conservant 80 % de leur capacité originale, et la possibilité de recharger rapidement. Côté performance, Stellantis souligne que ces batteries surpassent les batteries lithium-ion en conditions de froid, apportant ainsi une réponse aux défis des périodes hivernales.

Un produit écologique et économique

L’avantage environnemental et économique des batteries au sodium est indéniable, car elles n’intègrent ni lithium ni cobalt, des matériaux bien plus onéreux et moins abondants. Malgré une densité énergétique inférieure à celle des batteries au lithium, la perspective de batteries moins chères et moins dépendantes de ressources rares séduit.

A lire aussi :   le bon moment pour acheter une Tesla Model Y ? une baisse du prix et un maintien du bonus !

L’horizon des premières applications

La première génération de batteries au sodium fabriquées dans la future usine française sera destinée à des applications d’outillage électrique et de stockage d’énergie fixe. Ce n’est qu’avec une seconde génération de batteries que l’on pourrait espérer voir la technologie adoptée par les véhicules électriques de Stellantis.

Des perspectives d’adoption dans les véhicules compacts

À la lumière de l’usage de batteries au sodium dans des petits véhicules électriques en Chine, il est permis de rêver à une intégration future dans des modèles européens compacts tels que la Citroën Ami ou la Fiat Topolino. Une telle évolution pourrait contribuer à la démocratisation de la voiture électrique, à l’image de la Citroën ë-C3 et son tarif attractif avant même les incitations écologiques.

Une évolution à surveiller de près

Avec une telle initiative, Stellantis pourrait redéfinir les normes de l’industrie automobile électrique et l’autonomie des véhicules. Ce ne sera que dans quelques années que nous pourrons réellement mesurer l’impact de ces investissements innovants sur le marché et les comportements des consommateurs.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Wheelik l'application mobile 100% mobilité électrique
Télécharger Wheelik sur l'app store Apple
Télécharger Wheelik sur Google Play Store
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles récents

Suivez-nous sur Facebook