Pourquoi la disparition du réseau 2G est un danger pour l’eCall des voitures

"Disparition du réseau 2G: un danger pour l'eCall des voitures"
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

Le réseau 2G, un enjeu de sécurité automobile et de connectivité

La fin annoncée du 2G menace le système eCall

Dans un contexte où la téléphonie mobile évolue inexorablement vers la 5G, le réseau 2G s’apprête à rendre son dernier souffle, laissant derrière lui des implications conséquentes pour la sécurité des usagers de la route.

À l’heure actuelle, le dispositif eCall, mandaté par l’Union européenne pour assister les conducteurs en cas d’accident, repose sur le 2G.
Hélas, la disparition programmée de ce réseau suscite des préoccupations majeures au sein de l’industrie automobile : sans 2G, le système d’appel d’urgence eCall perdrait toute son efficacité.

La réglementation européenne et l’échéance du réseau 2G

L’Union européenne, à travers la réglementation GSR2 prévue pour cet été, impose des mesures strictes pour renforcer la sécurité des véhicules neufs, incluant notamment l’intégration de l’eCall.

Depuis 2018, celui-ci est devenu une norme obligatoire, actionné automatiquement afin de prévenir les services d’urgence suite à un accident. Or, la couverture réseau nécessaire à son fonctionnement est menacée : avec 36 millions de véhicules actuellement équipés du eCall, la suppression du 2G perturberait directement la chaîne de sécurité instaurée par ces dispositifs.

Les coûts associés au maintien du 2G

L’arrêt du réseau 2G ne revêt pas uniquement des enjeux de sécurité. Il représente également un dilemme financier.

En effet, les opérateurs de téléphonie mobile, invoquant le peu d’utilité et l’importante dépense que représente le maintien du réseau 2G, estiment à des milliards d’euros le coût de sa conservation.
Dans le cas où l’UE exigerait la poursuite de ce service, l’addition s’alourdirait significativement pour ces prestataires de communication mobile.

La transition épineuse vers les réseaux modernes

L’Union européenne ne reste pas pour autant inactive devant cette situation délicate. Elle préconise une migration vers la nouvelle génération de dispositifs eCall, qui serait basée sur les réseaux 4G et 5G.

A lire aussi :   Lancia Ypsilon électrique : les tarifs français enfin dévoilés

Cependant, cette solution est loin d’être optimale pour les constructeurs automobiles confrontés à ce changement. Malgré leur capacité à se tourner déjà vers ces nouveaux réseaux, des contraintes réglementaires les empêchent de procéder à cette évolution avant 2025.

Par ailleurs, il n’existe pour l’instant aucune solution pour les automobiles dont l’eCall serait rendu inopérant suite à la suppression du 2G. En théorie, pour éviter une interruption de service, la 2G devrait persister jusqu’en 2041, solution refusée en bloc par les opérateurs téléphoniques pour des raisons économiques.

L’impact financier sur l’industrie automobile

Si la fin du réseau 2G devenait une réalité sans alternative viable immédiatement en place, les constructeurs automobile se verraient contraints de réinvestir massivement.

Le remplacement des systèmes eCall existants pour s’adapter aux nouveaux standards de communication représenterait une charge financière de plus de 13 milliards d’euros pour le secteur.

En outre, cet effort s’accompagnerait d’importantes campagnes de rappel pour mettre à niveau les véhicules en circulation, amplifiant ainsi l’ampleur du défi à relever.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Wheelik l'application mobile 100% mobilité électrique
Télécharger Wheelik sur l'app store Apple
Télécharger Wheelik sur Google Play Store
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles récents

Suivez-nous sur Facebook