Plusieurs employés annoncent une nouvelle vague de licenciements chez Wiggle

Licenciements massifs chez Wiggle en pleine administration
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

Nouvelle vague de licenciements chez Wiggle après la mise en administration

Les employés toujours en poste chez Wiggle depuis sa mise en administration l’année dernière ont commencé à annoncer qu’une nouvelle vague de licenciements importants était en cours.

Pendant ce temps, des rumeurs circulent selon lesquelles la propriété intellectuelle de plusieurs actifs a été acquise.
Sur LinkedIn, de nombreux posts émergent de personnes annonçant leur départ de l’entreprise, l’un d’eux déclarant : « Malheureusement, mon temps est révolu, comme pour tout le monde au sein de l’organisation. »

Un autre employé évoque ses « 22 ans de service chez Wiggle puis WiggleCRC avant que les administrateurs ne descendent le rideau. »
D’autres confirment que l’ensemble du personnel restant sera licencié selon un calendrier qui devrait s’achever à la fin du mois prochain.

Les conséquences d’une administration difficile

La nouvelle de l’entrée en administration de Wiggle et Chain Reaction avait été annoncée pour la première fois en octobre 2023.
Cela faisait suite à la rétractation d’un accord de financement par le propriétaire, l’homme d’affaires autrichien Rene Benko, confronté à une forte récession économique.
Le retrait de ce financement avait alors été l’objet d’un éventuel défi juridique, bien que rien n’indique que cela ait abouti.

Les plateformes de vente en ligne populaires et les actifs associés ont déjà connu une importante vague de licenciements l’année précédente.
Au total, 105 emplois ont été supprimés à travers l’entreprise de distribution Hotlines Europe, ainsi que chez Wiggle et Chain Reaction.

Suite à la faillite de l’entreprise et à la nomination de FRP Advisory comme administrateur, on sait que l’empire Wiggle devait 26,7 millions de livres à un large éventail de créanciers, certains grands distributeurs britanniques et fabricants étrangers étant débiteurs de plus d’un million de livres, bien que certaines dettes aient été réglées.

Le détaillant en ligne a continué ses activités malgré le retrait de l’engagement de financement de 130 millions de livres par l’investisseur principal.
Ce processus devrait maintenant diminuer progressivement jusqu’à épuisement des stocks restants, point après lequel les portes se fermeront, en attente potentielle d’un relancement par le nouveau propriétaire.

A lire aussi :   Subventions vélo électrique : la France inspire le Royaume-Uni

Avenir des propriétés intellectuelles

On sait que les propriétés intellectuelles de plusieurs actifs détenus par Signa Sports United avaient été rachetées.
Cependant, on ignore encore l’identité de l’acquéreur. Parmi les rumeurs, un intérêt particulier émanerait du Frasers Group, et la marque de vélos et de vélos électriques Nukeproof ainsi que la propriété intellectuelle de Wiggle seraient concernées. Néanmoins, cela reste à confirmer.

Concernant ces rumeurs, une source du Frasers Group s’est contentée de dire : « Malheureusement, je ne peux pas commenter » plus tôt dans la journée.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Wheelik l'application mobile 100% mobilité électrique
Télécharger Wheelik sur l'app store Apple
Télécharger Wheelik sur Google Play Store
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles récents

Suivez-nous sur Facebook