L’incroyable essor des motos électriques en Afrique, grâce à la méthode du “battery swapping”

"Motos électriques en Afrique : l'essor du battery swapping"
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

L’avancée remplissante de la moto électrique en Afrique

Sur le continent africain, la révolution des transports prend une tournure électrique avec un enthousiasme croissant pour les motos électriques.

Contrairement au marché européen, l’Afrique se dirige vers des solutions novatrices adaptées à ses besoins spécifiques, telles que le système d’échange de batterie rapide et efficace.

Le “battery swapping” : une réponse aux défis de l’Afrique

Dans le contexte africain, l’électrification des moyens de transport doit surmonter le défi limité de l’infrastructure de recharge.
À cet effet, des start-ups innovantes exploitent la méthode du “battery swapping” ou échange de batterie. Cette technique permet aux usagers de remplacer leurs batteries épuisées contre des pleines dans des stations dédiées – une opération qui ne prend que quelques secondes.

Spiro et Kofa, pionniers du renouveau électrique

Des entreprises telles que Spiro ont fortement investi dans ce modèle d’affaires.
Avec plus de 600 stations d’échange actives sur le continent et 12 000 usagers enregistrés, ce système a déjà été utilisé pour plus de 7 millions d’échanges de batteries. Dans des pays comme le Bénin, le Togo, et le Rwanda, Spiro est le principal fournisseur de cette technologie.

Au Ghana, c’est Kofa qui domine le marché du “swap & go”.
En debut 2023, Kofa comptait une douzaine de stations, dont certaines fonctionnent à l’énergie solaire.
Leur capacité de 20 000 échanges par mois devrait s’accroître avec la prévision d’installation de 80 nouvelles stations en 2024, multipliant les possibilités d’échanges jusqu’à 100 000 par mois.

Des motocyclettes adaptées pour faciliter le transport

L’utilisation efficace de ces systèmes nécessite des motos conçues pour l’échange de batteries. Kofa, en partenariat avec le fabricant chinois TAILG, a lancé la Jidi, une moto de 125cc avec un moteur de 3,5 kW et un couple de 45 Nm, et une vitesse maximale de 85 km/h.
Avec deux batteries Kore2, chaque moto jouit d’une autonomie maximale de 100 km, avec un remplacement de batterie de moins de 30 secondes.

A lire aussi :   Comment connaître la vraie autonomie d'un vélo électrique ?

De son côté, Spiro a présenté la Commando, une moto également compatible avec le système de battery swapping, dotée de deux batteries pour une autonomie de 75 km et une vitesse maximale de 80 km/h.
Ces motos sont idéalement adaptées au service de taxi à deux roues, connu sous le nom de « boda boda », fréquent en Afrique.

Un marché en pleine évolution et diversification

L’adoption de motos électriques en Afrique souligne à quel point les solutions de mobilité électrique peuvent varier significativement d’une région à l’autre.

Alors que certains pays développent des réseaux de recharge classiques, d’autres, à l’instar de l’Afrique, innovent avec des méthodes alternatives comme le battery swapping.
L’avenir nous dira si ces nouveautés inspireront ou seront adoptées par d’autres marchés à travers le monde.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp