General Motors abandonnera Apple CarPlay dans ses voitures dès 2026

General Motors abandonnera Apple CarPlay dès 2026
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

General Motors abandonne Apple CarPlay pour son système propriétaire

À partir de 2026, les véhicules de General Motors feront l’impasse sur l’intégration de Apple CarPlay, laissant place à une nouvelle stratégie en matière de systèmes d’info-divertissement.

Cet ajustement stratégique répond à la volonté de ne pas dépendre des nouvelles exigences imposées par le géant informatique, lequel cherche à étendre son influence dans les fonctionnalités des véhicules modernes. Plusieurs autres constructeurs envisagent de prendre une direction similaire.

L’évolution des systèmes embarqués

Les technologies comme Android Auto et Apple CarPlay ont révolutionné l’accès aux fonctionnalités multimédias et à la navigation assistée dans les voitures récentes.
Ces systèmes d’exploitation, extrêmement répandus, offrent une expérience utilisateur qui se rapproche de celle proposée sur les smartphones. Des constructeurs comme Volvo et Renault ont même opté pour des systèmes entièrement basés sur Android.

Les ambitions croissantes d’Apple

Face à cette évolution, Apple a intensifié ses ambitions avec une version mise à jour de CarPlay, projetant de s’intégrer non seulement à l’écran central, mais également à d’autres interfaces de la voiture, telles que le tableau de bord numérique.

En accédant à des données de bord spécifiques, comme la vitesse ou l’état de la batterie pour les véhicules électriques, Apple assoit davantage son empreinte dans le secteur automobile.

La réaction de General Motors

Contrairement à des marques telles que Porsche et Aston Martin, qui semblent adopter favorablement ces mises à jour, General Motors prend le contre-pied de cette tendance.

L’entreprise américaine, qui élargit son catalogue avec le lancement du Cadillac Lyriq en France, a décidé de se détacher de CarPlay au profit d’une plateforme basée sur Android Auto.
Elle préfère ainsi éviter de s’appuyer sur des fonctionnalités dépendant du smartphone de l’utilisateur.

Des considérations complexes

La controverse autour de cette orientation stratégique s’éclaire à travers des informations issues d’une action en justice impliquant Apple.

A lire aussi :   Xpeng dévoile le Land Aircraft Carrier un drone-voiture hybride terrestre et aérien en Chine

Des préoccupations émergent sur les risques en cas d’accident et sur l’affectation des responsabilités si un dysfonctionnement de CarPlay devait survenir.
De plus, la confidentialité des données représente un enjeu capital, avec la crainte que ces informations puissent servir à Apple dans le développement de ses propres véhicules.
Bien qu’Apple ait mis de côté son projet de voiture autonome, les inquiétudes demeurent.

Un tournant décisif pour General Motors

Le verdict de cette affaire de justice reste en suspens, mais une chose est certaine : la relation entre General Motors et Apple CarPlay s’achèvera en 2026, ouvrant la voie à un système conçu en interne et en collaboration avec Android.
Cette décision marque un tournant décisif dans la manière dont le constructeur envisage l’interaction entre la technologie et la conduite automobile.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp