Etrange conflit entre la société de location de vélos électriques Tier et un entrepreneur à Bristol

Conflit stockage de vélos électriques Tier à Bristol
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

Conflit autour de vélos électriques sur un parking à Bristol

Une situation aberrante pour un entrepreneur

Un entrepreneur de Bristol se retrouve au cœur d’une mésaventure insolite, impliquant la société de micromobilité Tier et son entreprise de stockage nommée Stashed Away.

En décembre dernier, Tier a par erreur positionné une zone de location sur la propriété du businessman, Stewart Burrough, conduisant à l’arrivée de cinq vélos électriques dans son parking. En fin de journée, alors que les vélos n’avaient pas été récupérés malgré la promesse de Tier, M. Burrough les a déplacés dans un entrepôt. Il a ensuite adressé des factures à la compagnie Tier pour les frais de stockage encourus.

L’intervention de la police

Face à cette action, Tier a signalé une prétendue vol des vélos à la police. M. Burrough fut prévenu d’une possible arrestation mais rétorqua qu’il serait prêt à engager une action en justice pour arrestation abusive.

Il s’exprima sur le sujet en indiquant que des clients potentiels se présentaient régulièrement dans son parking, guidés par l’application Tier, à la recherche des vélos. Cette situation, selon lui, n’était pas seulement invasive pour son affaire, mais présentait également un risque sur le plan juridique, car il pourrait être tenu responsable en cas d’accident causé par ces vélos mal placés.

L’erreur d’emplacement de Tier et les démarches judiciaires

Un porte-parole de Tier admit l’erreur d’emplacement en confirmant que les vélos étaient destinés à une autre zone. La compagnie affirme avoir tenté de récupérer les vélos, mais une dispute a éclaté concernant les frais de stockage demandés par M. Burrough.

L’entreprise souligna l’importance de maintenir les batteries des vélos chargées et mentionna l’intervention de la police dans le but d’assister à la résolution du conflit, se disant prête à reprendre les vélos à tout moment.

Le développement du partage de vélos électriques à Bristol

Les vélos électriques proposés par Tier ont été introduits à Bristol à la fin de l’année précédente, l’entreprise prenant également le rôle de fournisseur officiel pour les trottinettes électriques. La mise à disposition des vélos électriques en libre-service à cette échelle était une première à Bristol et nécessitait une préparation minutieuse pour garantir un lancement sans heurts.

A lire aussi :   Blurby acquiert Hagen Bikes pour se développer en Europe

L’escalade du conflit

La situation s’est envenimée lorsque la police informa M. Burrough d’une enquête criminelle en février, après qu’il eut refusé de rendre les vélos sans paiement. Il adressa une lettre au Maire Métropolitain Dan Norris, qui répondit ne pas pouvoir intervenir en raison d’une procédure policière en cours et mentionna avoir discuté du problème avec Tier.

`Pour M. Burrough, cette affaire est incroyable et l’implication de la police en tant que crime le consterne. Il exprime son incompréhension du manque de réaction immédiate de Tier et de sa crainte d’une arrestation pour une situation qu’il juge ridicule. Faisant face à une facture avoisinant les £1,000, il ne souhaite pas conserver les vélos, mais insiste pour que ses frais soient couverts.

La sécurité de l’entreprise en question

Stewart Burrough aborde finalement la question de la sécurité de son entreprise, s’interrogeant sur la logique ayant conduit Tier à utiliser son parking privé, sécurisé et clôturé, comme zone de stationnement publique pour leurs vélos.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp