Yamaha ouvre sa ligne de production de moteurs de vélo électrique en France

Yamaha ouvre en France sa ligne de moteurs de vélo électrique
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

Yamaha Motors Manufacturing Europe inaugure une nouvelle ligne de production de moteurs de vélos électriques en France

L’entreprise Yamaha Motors Manufacturing Europe, autrefois connue sous le nom de MBK Industrie, a récemment inauguré sa toute première ligne de production de moteurs destinés aux vélos électriques sur le territoire français, adoptant les technologies et processus jusque-là réservés à son homologue au Japon.

Établie dans la localité de Saint-Quentin Rouvroy, dans le département de l’Aisne et située à environ cent kilomètres au sud de Lille, cette nouvelle usine marque le troisième établissement de production de moteurs de vélos de Yamaha au niveau mondial, s’ajoutant ainsi aux sites déjà existants au Japon et à Taiwan.

Une production de pointe pour le marché européen

Opérationnelle depuis le 15 mars 2024, la ligne française de production se concentre exclusivement sur la fabrication du moteur Yamaha PW-S2. Conçue comme une réplique de l’unité de production nippone, toutefois adaptée aux normes de sécurité européennes, cette ligne a été mise en place par des ingénieurs japonais utilisant des équipements importés directement du Japon.

Préparés à Iwata au Japon, les responsables français ont été formés pour manipuler cette ligne de pointe et garantir le niveau de qualité requis par Yamaha. Capable de produire un moteur en 20 minutes, celle-ci est composée d’environ 60 pièces, toutes provenant du Japon et assemblées par une équipe de 15 opérateurs pour un résultat final de un moteur toutes les 2 minutes, avec un objectif quotidien situé entre 350 et 400 moteurs.

Des objectifs de production ambitieux

En cette année inaugurale, Yamaha prévoit de produire autour de 45 000 moteurs, avec des perspectives à long terme de 300 000 moteurs par an. Chaque moteur est fourni avec son écran, sa commande et toute sa connectique, à l’exception de la batterie, qui est produite sur un site différent et livrée séparément.

A lire aussi :   Londres multiplie par 3 sa flotte de vélos électriques en libre service

L’évolution marquante d’une usine historique

L’usine YMME, qui emploie actuellement environ 650 salariés, a connu au fil des années plusieurs métamorphoses, en se spécialisant dans la production de motos à haute cylindrée et de scooters.

Elle symbolise l’adaptabilité de Yamaha face aux évolutions du marché à travers le temps, qui a vu naître le phénomène Motobécane en 1951, doublé par la popularité incontestée du scooter 50 cm3 Booster ou BW’s jusqu’en 1999. En 2023, plus de 82 000 deux-roues ont été produits dans cette même usine.

Regard sur l’avenir et intégration régionale

Éric de Seynes, Directeur Général de Yamaha Motor France, considère ce développement comme un jalon essentiel pour l’entreprise, rappelant l’importance de l’adaptation face aux enjeux futurs dont fait partie le secteur des moteurs de vélo électrique.

Avec une demande européenne de plus de 6 millions d’unités annuelles, Yamaha voit un potentiel significatif pour renforcer sa présence industrielle en Europe.

Ainsi, même si la majorité des composants du moteur viennent du Japon pour l’instant, Yamaha est déjà en quête de partenaires industriels afin de relocaliser une part plus importante de la production en Europe, et potentiellement en France.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Wheelik l'application mobile 100% mobilité électrique
Télécharger Wheelik sur l'app store Apple
Télécharger Wheelik sur Google Play Store
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles récents

Suivez-nous sur Facebook