À Paris, l’utilisation du vélo dépasserait la voiture pour le trajet domicile-travail

"À Paris, le vélo dépasse la voiture pour le trajet domicile-travail"
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

À Paris, le vélo prend de vitesse la voiture en matière de déplacements

L’essor du vélo dans la capitale et sa périphérie

La bicyclette connaît une popularité croissante en tant que moyen de transport privilégié pour les trajets quotidiens, dépassant même l’automobile dans la région parisienne. Une récente enquête réalisée par l’Institut Paris Région, basée sur les réponses de plus de 3 300 individus, fournit des éclairages intéressants sur cette évolution.

Des chiffres qui parlent

A Paris, 11% des trajets sont effectués à vélo, surpassant les 9% réalisés en voiture. Dans le cœur de la ville, le vélo égale 11% des déplacements contre seulement 4% pour la voiture, la marche dominant toutefois avec 53%.

La dynamique est semblable entre la capitale et les zones limitrophes, où le vélo atteint 14%, tandis que les transports en commun restent prépondérants avec 66%.

Dans la Petite Couronne, la bicyclette jouit d’une part respectable, mais demeure sous-utilisée en dehors de cette zone avec seulement 4% des déplacements, la faute peut-être à un manque d’infrastructures cyclables.

Un profil de cycliste type

Le profil moyen du cycliste francilien a pu être identifié : il s’agit en grande majorité d’un homme (70%), souvent avec un statut socio-professionnel élevé (CSP+ représente 11%, soit deux fois plus que les autres catégories), se situant dans la tranche d’âge 26 à 45 ans (10% contre 5% chez les seniors), et dont le trajet moyen dure 22 minutes. Cet usage se concentre davantage sur les jours ouvrables avec 8% de part modale contre 4 à 5% le week-end.

Le “vélotaf”, une pratique en expansion

L’étude met en avant un usage prédominant du vélo pour les déplacements liés au travail, avec 13% d’utilisation pour le trajet domicile-travail en Île-de-France, tandis que les transports en commun en représentent 45% et la voiture 33%. Malgré tout, l’intermodalité, qui implique l’utilisation de plusieurs moyens de transport lors d’un même trajet, reste marginale pour la bicyclette : celle-ci ne compte que pour 3,8% lorsqu’elle est combinée au RER ou au train, loin derrière la combinaison bus-métro-tram qui représente 77%.

A lire aussi :   Wiggle CRC bientôt sauvé par un géant britannique ?

Des obstacles à surmonter pour une mobilité durable

La progression du vélo en tant que moyen de transport est entravée par le défi que représente le stockage des bicyclettes dans les transports en commun ou l’insuffisance des infrastructures dédiées au-delà de la Petite Couronne.

Ainsi, malgré une adoption notable dans le cœur urbain, l’amplification de son utilisation impliquera des efforts conséquents en termes d’aménagements et de prise en compte des besoins des cyclistes.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp