Harley-Davidson Livewire : vers la suppression des freins mécaniques ?

Harley Davidson Livewire
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Sommaire

Livewire explore la suppression des freins mécaniques

Harley-Davidson, via sa marque de moto électrique Livewire, a déposé un brevet décrivant la possible suppression des freins mécaniques sur l’une des roues de ses motos.

Le recours au freinage régénératif permettrait d’alléger les motos et de diminuer (légèrement) les coûts de fabrication. « Si les freins sont ramollos, tu finis dans le caniveau ». Cet adage du Joe Bar Team le confirme : il n’y a pas de moto sans frein. Pourtant, les constructeurs cherchent à s’en passer. En effet, la complexité des systèmes de freinage hydraulique augmente avec la puissance et le poids des deux-roues, ce qui élève les coûts de production. Les constructeurs de motos électriques se penchent donc sur des alternatives.

Réduction de la complexité et du coût

Dans le domaine du vélo électrique, Porsche a exploré l’idée du frein magnétique pour alléger le système mécanique. Pourquoi ? Pour mieux exploiter le freinage régénératif propre aux motos électriques, par opposition aux motos thermiques. Le principe est simple : le moteur électrique s’oppose à la rotation de la roue arrière en transformant son énergie cinétique en énergie électrique, ce qui permet de recharger la batterie.

Principe et brevet

Livewire propose de n’utiliser que le freinage régénératif pour freiner la moto électrique. Le brevet déposé par Livewire indique que « les modes de réalisation décrits ici fournissent des procédés et des systèmes pour freiner de manière régénérative au moins une roue d’un véhicule, comme, par exemple, une moto électrique. Dans certains modes de réalisation, le freinage par récupération est utilisé comme seul mécanisme pour freiner une roue du véhicule, comme la roue arrière d’une moto ».

Évolution et performance

Il semble donc que Livewire cherche à éliminer le frein arrière hydraulique de ses futures motos électriques. Une évolution qui peut paraître surprenante aux motards traditionnels mais qui est logique. En effet, les freins régénératifs sont désormais si performants que BMW a récemment annoncé que ses véhicules électriques avaient une capacité de régénération telle que les conducteurs n’avaient pas besoin d’utiliser la pédale de frein. De même, en 2019, Mercedes-Benz indiquait que les freins adaptatifs de son EQC étaient si puissants que le constructeur avait introduit la possibilité de régler leur efficacité.

A lire aussi :   Ride1UP CF Racer1 : un VAE ultra léger route et gravel
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp